Les arnaques pour touristes les plus fréquentes au Japon

A première vue, on peut dire qu’il est difficile pour les étrangers de se faire piéger dans les rues japonaises si l’on doit s’en tenir à la sécurité mise en place au Japon. Mais attention, car dans les pays les plus sécurisés du monde, n’importe qui peut se faire arnaquer. Voici quelques anarques pour touriste au Japon.

Un faux pauvre

Souvent, ce type d'arnaque se passe dans les gares ou les aéroports. Il va vous proposer son aide tout gentiment. Mais à un moment, il va se mettre à hurler pour réclamer de l'argent. Dès que vous l'aurez payé, il va s'en aller. Mais en réalité, il faut savoir que cette personne n'est pas vraiment en manque d'argent et qu'il ne cible que des étrangers.

Le faux coup de fil de la banque

Si vous ouvrez un compte bancaire, vous pouvez vous faire avoir. L'arnaque la plus fréquente sur ce point se fait par appel. Vous allez recevoir un appel où on vous informe que vous devez obligatoirement solder une créance. Si vous réfléchissez très bien, vous n'avez aucun souvenir d'avoir contracté cette créance. Mais la personne qui vous appelle va même vous faire des menaces si vous ne soldez pas cette créance. En effet, la seule chose qu'il recherche est votre accord pour un virement.

Les faux moines

On peut normalement se fier aux moines dans ce pays. Malheureusement, il existe dans ce pays, des faux moines qui sont heureux de vous arnaquer. Ils vous abordent et vous demandent de l'argent pour une cause qui d'après eux est très noble. Parfois, ces faux moines vont même jusqu'à vous donner des gris-gris. Mais en échange de ce gris-gris, ces moines vont vous demander de l'argent. En fait, vous serez obligé de leur payer pour un gris-gris qui ne sert absolument à rien. Et n'allez pas non plus vous imaginer que la cause pour laquelle vous avez donné de l'argent existe.

Le Japon est peut-être un pays sécurisé, mais cela ne dissuade pas les arnaqueurs. Donc vous avez l'obligation de rester vigilant lorsque vous y êtes pour faire du tourisme.